Compte rendu de la réunion de la réunion du 6 janvier 2015

Publié le par Michel Tafta

Introduction de la réunion et premières questions

Michel rappelle le succès de la première réunion relativement au contexte politique aubois.

A ce sujet, David intervient pour dire qu’il était dubitatif sur le nombre de participants à l’issue

de la réunion du 2 décembre, mais que comparativement à une réunion d’information sur le

TAFTA à Lille qui avait attiré une trentaine de personnes, on peut finalement être satisfait et

optimiste.

Michel a ensuite passé la parole à Josiane et André pour une brève présentation des points

à aborder au cours de la réunion.

Ordre du jour

1. lister les actions à entreprendre,

4 Information (blog, listes de diffusion, articles de presse, tracts, affiches... )

4 manifestations événementielles (manif’s, conférences... )

4 interpeller les élus

4 ...

2. constituer des groupes d’animation de ces différentes actions,

3. choisir un nom ou un logo pour le collectif,

4. ouvrir une ou plusieurs adresses mail de contacts pour le collectif,

5. construire un site ou un blog,

6. lister les moyens ou ressources dont nous pourrons disposer,

7. date de la prochaine réunion (quelle salle et qui réserve la salle ?),

8. questions diverses

Premières questions avant d’aborder l’OdJ

Quelques questions ont été posées avant d’entamer l’ordre du jour.

• En particulier comme nous avions brièvement évoqué les problèmes rencontrés pour trouver

une salle mise gratuitement à notre disposition ou, à défaut, à un tarif raisonnable, la

question a été posée de savoir comment nous avions pu louer la salle et si devions créer

une association pour le collectif afin de pouvoir obtenir des subventions et disposer d’une

trésorerie pour nos actions.

La réponse est non, il n’est pas nécessaire de créer une association. La plupart des collectifs

locaux et départementaux apparaissent simplement comme des collectifs rassemblant

des associations, des organisations politiques et/ou syndicales ainsi que tous les citoyens

souhaitant prêter leur concours au collectif. Les moyens et ressources peuvent être supportés

par les associations ou organisations membres du collectif. Pour cette réunion, la

salle a été réservée par l’association « Ecol’Aube ». A ce moment nous avons convenu

qu’avant de discuter des moyens il nous fallait d’abord lister et détailler nos projets.

• Avant de parler et lister les actions à entreprendre, la question a aussi été posée par Bernard

à propos du but du collectif. Il est apparu de façon unanime que le but essentiel était

d’empêcher le traité d’aboutir et d’éviter le piège des amendements ou des compromis,

car tout est prévu dans la version actuelle du texte pour les contourner.

Actions à entreprendre

Ce point a donné lieu à de nombreuses interventions et propositions

4 Valérie nous a informés que la région est déclarée région anti-TAFTA. Il s’agit là d’un

des moyens d’actions proposé et soutenu par le collectif national. Les zones hors-TAFTA

pouvant être des régions, des départements et des communes. A ce moment la question

suivante s’est toutefois posée : « quel est l’intérêt pour une commune appartenant à un

département ou une région déclarée hors TAFTA de se déclarer hors-TAFTA? ». La réponse

apportée est que les régions, les départements et les communes n’ont pas les mêmes

compétences (donc pas les mêmes argumentaires) et que puisqu’il s’agit de sensibiliser le

maximum de personnes, on ne sensibilise pas de la même façon au niveau d’une région

ou d’une commune.

4 Mettre la priorité de nos actions sur l’information et sur la communication auprès de

toutes les personnes que nous pouvons toucher a fait l’unanimité. L’organisation de conférences

a été évoquée et nous avons informé l’assemblée de la tenue à Troyes le 16 mars

prochain d’une conférence de Raoul-Marc Jennar.

4 La question d’un referendum a été soulevée. Ce n’est pas une mauvaise idée a priori, mais

compte-tenu de l’expérience de 2005, du calendrier extrêmement serré et de la volonté du

chef de l’État de ne pas consulter le peuple nous avons écarté cette piste, d’autant qu’il

faudrait qu’un référendum soit organisé au niveau européen pour être reconnu.

4 Gisèle a cité l’exemple du collectif de Mâcon qui a fait une manifestation théâtrale dont

la vidéo est en ligne sur Dailymotion. Michèle a rebondi sur ce point pour dire qu’il fallait

que l’on envisage des événements gais et festifs. Cette idée a recueilli une adhésion quasi

unanime.

4 Josiane a signalé quelques sites où on peut puiser beaucoup de documents, d’idées et

d’informations

• stoptafta.wordpress.com

• gmtpourleretraitdelafrance.fr (documents de Raoul-Marc Jennar)

• bastamag.net (site d’information sur les mouvements sociaux, l’écologie. . . bourré d’infos concrètes)

Je me permets de compléter avec ma liste perso et non exhaustive

• ROSALUX - Un autre monde est possible. . . écoutez-le !

• Camelots du Roi. TAFTA. Notaires... - PG Midi Pyrénnées , article du 29 juillet 2014

• Sortir du Grand Marché Transatlantique - PG Midi Pyrénnées , article du 8 juillet 2014

• L’accord top secret USA Europe qui doit dépecer les services publics - PG Midi Pyrénnées, article du 29 juin 2014

• Reporterre - Le conseil régional d’Ile-de-France s’oppose au Grand marché transatlantique

• STOP TAFTA 07

• Agir pour l’environnement Un site où on peut trouver, entre autres, des affiches et autocollants

• Liste des bonnes raisons de stopper TAFTA

• La quadrature du Net Beaucoup de liens et de documents (textes, vidéos...)

• Un petit âne sur la route Vidéos, textes, arguments, idées d’affiches...

4 Michel précise qu’il s’agit d’une bataille départementale et qu’il faut conquérir un maximum de villages... Il faut aussi faire des manifestations qui frappent de façon opportune

et en adéquation avec le calendrier des négociations. Par exemple faire une manifestation théâtrale ou autre événement festif au moment du prochain round de négociations (en février). On pourrait aussi envisager une grosse campagne d’information au 1er mai avec des arguments chocs tels que les 600000 postes d’emplois perdus aux US à cause des traités de libre-échange.

Guillaume propose de solliciter des audiences auprès des municipalités afin de poser des questions lors de réunions publiques et en faire un compte-rendu public.

Interpeller les catégories socio-professionnelles qui ont une écoute attentive des élus locaux (agriculteurs, viticulteurs...) en ciblant bien l’argumentaire.

Anne propose de prévoir d’interpeller les candidats aux départementales.

Valérie souligne qu’un gros travail est fait par la confédération paysanne. Il reste à voir comment la faire intervenir dans l’Aube et comment l’associer à notre collectif.

Nino demande quels sont les arguments de ceux qui proposent et défendent le TAFTA?

• Michel rappelle que l’argument de base porte sur la suppression des barrières tarifaires dans le but de simplifier et d’améliorer les activités et les flux commerciaux entre les états signataires, mais que cet argument ne résiste pas longtemps face au fait que les barrières douanières n’existent pas ou peu.

• Maryvonne cite l’exemple de l’ALENA qui apporte plus d’éléments CONTRE que POUR

• André précise qu’il faut distinguer les barrières tarifaires (en gros les taxes douanières) et les barrières non tarifaires (les normes qui diffèrent d’un état à un autre, qu’il s’agisse de normes techniques, sanitaires, sociales, environnementales...) qui sont le nerf de cette guerre. Le but étant d’aligner toutes les normes sur les plus basses.

• Valérie ajoute que lorsque la question est posée à ceux qui disent être POUR on n’entend pas d’argument.

• Guillaume indique que pour les Etats-Unis, un argument majeur est que l’Europe est le premier marché où ils peuvent trouver un potentiel de croissance intéressant. On pourrait dire qu’il s’agit là d’idéologie géopolitique.

La question a été posée de savoir si nous aurions les autorisations pour l’organisation de nos actions (tractage, théâtre...) dans l’espace public.

• Reynald dit qu’il n’y a pas de problème pour distribuer des tracts.

• David signale qu’il a essuyé un refus pour distribuer des prospectus commerciaux.

• Alain rappelle que nous agissons dans le cadre de la liberté d’expression et pas dans celui d’une action commerciale. Il ajoute que l’on pourrait s’inspirer des idées et actions des autres collectifs qui communiquent assez largement là-dessus.

Constitution des groupes d’animation des différentes actions

Après avoir convergé sur les actions à mener et les buts à atteindre, nous avons décidé de constituer des groupes thématiques d’animation, dans lesquels chacune et chacun a pu se positionner.

Dans la liste des participants de chaque groupe, le nom du coordinateur ou de la coordinatrice du groupe apparaît en gras.

Les personnes n’ayant pu assister à cette réunion, mais qui souhaiteraient néanmoins rejoindre un groupe d’animation peuvent le faire à tout moment en adressant un message à l’adresse stoptaftaaube@gmail.com et en précisant le groupe qu’elles souhaitent rejoindre.

Prospection des différentes manif’s

Maryvonne, Maryse, Tommy, André, Michèle

Manifestations festives

Michèle, David, Gisèle, Valérie, Reynald, Mireille, Annie, André

Argumentaires

Nino, André, Guillaume, Josiane, Jean-Louis, Pascal, David

Veille calendrier (consiste à suivre les dates clés des négociations TAFTA, ainsi que les dates des rendez-vous politiques ou militants afin de synchroniser au mieux nos actions) et communication (blog, adresse mail, liste de diffusion, logo...)

Hélène, David, André, Valérie, Yves, Nino, Reynald, Michel, Philippe, Jean-Louis, Josiane

Actions vers les élus (annuaire, recenser ce qui s’est fait, où ?)

Jean-Louis, Michel, Guillaume, Josiane, Jean, Reynald

Logistique

Associations partenaires Ecol’Aube, Michèle (SEL), PG, artisans du Monde, Pascal (Ste Savine), PC, EELV, AAVEC (Reynald), Cafés citoyens (Guillaume)

Informations de dernière minute

David n’a pas chômé puisque nous disposons d’une adresse mail ainsi que

d’un blog, d’une page Facebook et d’un compte twitter dont les coordonnées

seront très prochainement diffusées.

Pascal non plus n’a pas perdu de temps. Il a pu réserver le Salon de Musique

de Sainte Savine le 24 février prochain à 19h. Vous pouvez donc dès

maintenant bloquer cette date.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article